Notre site internet utilise des cookies pour vous offrir une information optimale et des contenus personnalisès. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Pour tout savoir sur l'utilisation des cookies sur notre site et modifier ces paramètres, cliquez ici

50% d'énergies renouvelables et récupération dans le mix énergétique

CPCU, répond aux ambitions du Plan Climat Energie Territorial de la Ville de Paris et de celui de la Région Ile-de-France, en augmentant significativement la part des énergies vertes dans son réseau de chaleur  grâce à l’utilisation d’un nouveau combustible : la biomasse. Une diversification de son bouquet énergétique, qui permet de réduire de 25% les émissions de CO2 dans la Capitale et d’alimenter en chaleur majoritairement renouvelable l’équivalent de 500 000 logements au long de 505 km de réseau dont 1/3 du logement collectif parisien.

L’introduction de la biomasse dans le bouquet énergétique du réseau de chaleur de Paris :

CPCU introduit la biomasse sous forme de granulés de bois comme combustible dans sa chaufferie de Saint-Ouen. 100 000 à 120 000 tonnes de granulés de bois seront ainsi utilisés par an en remplacement du charbon, évitant le rejet dans l’atmosphère de 250 000 tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions annuelles de 150 000 véhicules.
Le mix énergétique de CPCU est à présent composé de 50,7% d’énergies renouvelable et de récupération.

Le remplacement du fioul par le gaz naturel :

Le fioul a également totalement disparu du mix énergétique du réseau de chaleur parisien. En effet, soucieuse de réduire toujours plus son empreinte environnementale, CPCU poursuit sa transformation énergétique en convertissant son parc de centrales de production de chaleur comprenant 5 centrales (Grenelle, Ivry-sur-Seine, Kremlin, Bicêtre, Vaugirard et Bercy) du fioul au gaz naturel. Une rénovation qui répond à l’évolution de la réglementation sur les grandes installations de combustion mais aussi à l’engagement de CPCU d’œuvrer en permanence pour l’amélioration de la qualité de l’air en Ile-de-France.
Les impacts environnementaux de cette adaptation des sites de production sont considérables avec une diminution significatives des émissions atmosphériques,
soit  50 000 tonnes de CO2 par an.

Film GEOMETROPOLE